Programmation

NUIT ET BROUILLARD

Alain Resnais

France, 2019 / 32 min / VO française avec sst. anglais / documentaire, histoire

Journée de la Mémoire de l’Holocauste 2020
Gian Maria Tore, Christoph Brüll

En 1956, le célèbre cinéaste Alain Resnais réalise un des premiers courts-métrages documentaires sur les camps de concentration et la Shoah.

À la demande du comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, le cinéaste Alain Resnais réalise en 1956 un court-métrage sur le système d’extermination nazi et les marques qu’il a laissées sur les paysages d’Europe, de l’Alsace à la Pologne. Les restes des camps, des baraquements, des fours, filmés dix ans après leur libération, témoignent de l’indicible horreur. Nuit et brouillard, qui était la formule consacrée pour parler de la déportation clandestine de victimes que les nazis considéraient comme les plus dangereux, est le document témoin d’un travail de mémoire à jamais nécessaire. Le film est le premier à poser un jalon contre une éventuelle avancée du négationnisme, ainsi qu'un avertissement sur les risques que présenterait une banalisation, voire le retour en Europe, de l'antisémitisme, du racisme ou encore du totalitarisme.

Le plus grand film de tous les temps pour François Truffaut.

La projection du film sera suivie par un débat avec deux chercheurs de l’Université du Luxembourg, Gian Maria Tore, sémiologue et spécialiste de l’analyse du film, et Christoph Brüll, historien.

Séances
ven 31/01 20:30 Cinémathèque VO FR avec sst. ANG Public

« Si ce film est un film, il est Le film, et les autres ne sont plus que de la pellicule impressionnée. Nuit et Brouillard, le « film » le plus noble et le plus nécessaire jamais tourné, nous plonge dans une perplexité honteuse et provoque, de nos idées et de nos sentiments, la déroute. Nuit et Brouillard, c’est la déportation vue et racontée par le Christ… selon moi. Alain Resnais tend la joue gauche et c’est nous qui recevons les gifles en pleine figure, chaque plan étant un soufflet bien mérité. Quelques herbes, quelques baraquements désaffectés, quelques barbelés enregistrés en couleur par Alain Resnais et montrés aux coupables, c'est-à-dire aux vivants, aux spectateurs, en un mot, à nous-mêmes, constituent plutôt qu’un « poème » ou un « réquisitoire » une bande sublime, le film de la honte et de notre indignité. » François Truffaut, Les Cahiers du Cinéma, février 1956, n°56

Récompenses
  • Prix Jean-Vigo for the Best Short Film, Prix Jean-Vigo, 1956 (France)
  • Cinema Eye Honors Awards – The Influentials, Cinema Eye Honors Awards, 2014 (USA)
Cast & Crédits
Interprètes 
Michel Bouquet
Scénario  
Jean Cayrol
Image 
Ghislain Cloquet, Sacha Vierny
Son 
Jacqueline Chasney, Henri Colpi
Musique 
Hanns Eisler
Production 
Argos Films
Distribution 
Tamasa Distribution
Biographie du réalisateur

Alain Resnais, né en 1922 et décédé en 2014, était un réalisateur français et une figure de la Nouvelle Vague. Hiroshima mon amour (1959), premier long-métrage du cinéaste à sortir en salle, est une adaptation du roman éponyme de Marguerite Duras, qui a signé le scénario. Sorti en 1959, il sera présenté au Festival de Cannes où il fera grand bruit et fera connaitre Alain Resnais. La mémoire est l’un des thèmes chers au cinéaste que l’on retrouve dans plusieurs de ses œuvres : Hiroshima mon amour, L'Année dernière à Marienbad (Lion d'Or à Venise en 1961), Muriel ou le temps d’un retour (1963) qui vaudra un prix d’interprétation à Venise à son actrice principale, Delphine Seyrig. C’est évidemment aussi le cœur du sujet dans son court-métrage documentaire Nuit et brouillard (1956) qui traite de la déportation et des camps d’extermination nazis.

Filmographie
  • 2014 – Aimer, boire et chanter
  • 2012 – Vous n’avez encore rien vu
  • 2008 – Les herbes folles
  • 2006 – Petites peurs partagées
  • 2003 – Pas sur la bouche
  • 1997 – On connait la chanson
  • 1993 – Smoking/No Smoking
  • 1991 – Contre l’oubli : Pour Esteban (court-métrage dans un programme)
  • 1989 – I Want to Go Home
  • 1986 – Mélo
  • 1984 – L’Amour à mort
  • 1983 – La vie est un roman
  • 1980 – Mon oncle d’Amérique
  • 1977 – Providence
  • 1974 – Biarritz-Bonheur
  • 1968 – Je t’aime, je t’aime
  • 1966 – La Guerre est finie
  • 1963 – Muriel ou le temps d’un retour
  • 1961 – L’année dernière à Marienbad
  • 1959 – Hiroshima, mon amour
  • 1959 – Le chant du Styrène (court-métrage documentaire)
  • 1957 – Le mystère de l’atelier quinze (court-métrage)
  • 1957 – Toute la mémoire du monde (court-métrage documentaire)
  • 1956 – Nuit et brouillard (court-métrage documentaire)
  • 1953 – Les statues meurent aussi (court-métrage documentaire)
  • 1951 – Guernica (court-métrage documentaire)
  • 1950 – Gauguin (court-métrage documentaire)
  • 1948 – Van Gogh (court-métrage documentaire)
  • 1948 – Châteaux de France (court-métrage documentaire)
  • 1948 – Les jardins de Paris (court-métrage)
  • 1948 – Malfray (court-métrage documentaire)
  • 1947 – Journée naturelle (court-métrage documentaire)
  • 1947 – L’alcool tue (court-métrage)
  • 1947 – La bague (court-métrage)
  • 1947 – Portrait d’Henri Goetz (court-métrage documentaire)
  • 1947 – Visite à César Doméla (court-métrage documentaire)
  • 1947 – Visite à Félix Labisse (court-métrage documentaire)
  • 1947 – Visite à Hans Hartung (court-métrage documentaire)
  • 1947 – Visite à Lucien Coutaud (court-métrage documentaire)
  • 1947 – Visite à Oscar Dominguez (court-métrage documentaire)
  • 1946 – Ouvert pour cause d’inventaire (court-métrage)
  • 1946 – Schéma d’une identification (court-métrage documentaire)
  • 1946 – L’aventure de Guy (court-métrage)
NUIT ET BROUILLARD | Luxembourg City Film Festival

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.