Programmation

RAY & LIZ

Richard Billingham

Royaume-Uni, 2018 / 107 min / VO anglaise avec sst. français (VO ANG avec sst. FR) / drame

Le portrait sans concession d'une famille de freaks anglais sous l’ère Tatcher.

En périphérie de Birmingham, la famille Billingham survit  tant bien que mal dans des conditions sociales extrêmes. Totalement en marge de la société, brisant les tabous sociaux, elle se livre à des rituels étranges. Le film parfois choquant et empreint d’humour noir, s’inspire des souvenirs et des photos du réalisateur et photographe Richard Billingham, le film raconte l’histoire de ses parents Ray, alcoolique, et Liz, obèse et tatouée, de leur relation et leur influence sur Richard lui-même et sur son frère cadet Jason qui grandissent dans un logement social du Black Country.

« Le mélange de crasse, de misère, de vomi et de pisse de chien devrait faire de Ray & Liz un film irregardable. Et pourtant, peu à peu, passés les premiers haut-le-coeur, quelque chose de singulier et de tendre, voire de mélancolique, s’installe. […] [Des] géniaux acteurs britanniques donnent vie à ces freaks des années 80. On se prend curieusement d’affection pour ces drôles d’animaux en cage. On utilise l’expression à dessein : Billingham a beaucoup photographié dans les zoos, et ce travail sur l’animalité et la privation de liberté rime avec le regard porté sur sa famille. » Aurélien Ferenczi, Télérama, 07/08/2018

 

Séances

Le mélange de crasse, de misère, de vomi et de pisse de chien devrait faire de Ray & Liz un film irregardable. Et pourtant, peu à peu, passés les premiers haut-le-coeur, quelque chose de singulier et de tendre, voire de mélancolique, s’installe. Le regret de l’enfance, quelle qu’elle ait pu être… Le regard rétrospectif du photographe-cinéaste apporte une drôle d’empathie, sans jugement ni vis-à-vis de ses parents, ni de la société qui les a abandonnés là. Billingham s’appuie sur l’image du chef op Daniel Landin, 16mm aux couleurs chaudes, cadre ultra soigné. Et sur de géniaux acteurs britanniques qui donnent vie à ces « freaks » des années 80. On se prend curieusement d’affection pour ces drôles d’animaux en cage. On utilise l’expression à dessein : Billingham a beaucoup photographié dans les zoos, et ce travail sur l’animalité et la privation de liberté rime avec le regard porté sur sa famille» Aurélien Ferenczi, Télérama, 7/08/2018

« Ce film autobiographique austère est enrichi par de très bonnes performances et par le sentiment très puissant qui s'en dégage de la manière dont une relation malsaine ou un parent tyrannique peut rendre quelqu'un misérable. » Kaleem Aftab, Cineuropa, 6/08/2018

Récompenses
  • Grand Prix, Batumi International ArtHouse Film Festival, 2018 (Georgia)
  • Douglas Hickox Award – Best Debut Director, British Independent Film Awards, 2018 (UK)
  • Best Actress Award for Ella Smith, Batumi International ArtHouse Film Festival, 2018 (Georgia)
  • Silver Award for a Narrative Feature, El Gouna Film Festival, 2018 (Egypt)
  • Special Jury Prize, Locarno International Film Festival, 2018 (Switzerland)
  • Prix de l'expérimentation - Special Mention, Montréal Festival of New Cinema, 2018 (Canada)
  • Grand Jury Award, Seville European Film Festival, 2018 (Spain)
  • Golden Alexander for Best Feature-Length Film, Thessaloniki Film Festival, 2018 (Greece)
Cast & Crédits
Interprètes 
Ella Smith, Justin Salinger, Patrick Romer, Deirdre Kelly, Tony Way, Sam Gittins, Joshua Millard-Lloyd, Richard Ashton
Scénario  
Richard Billingham
Image 
Daniel Landin
Son 
Joakim Sundström
Décors 
Beck Rainford
Production 
Primitive Film
Distribution 
Luxbox
Biographie du réalisateur

Photographe, artiste et cinéaste anglais, Richard Billingham est né en 1970. Lauréat du premier Deutsche Börse Photography Foundation Prize (anciennement Citibank Private Bank Photography Prize), son travail a notamment été présenté à la Tate, au Metropolitan Museum de New York et au Victoria and Albert Museum. Son œuvre est largement inspirée par sa famille et son enfance dans les Midlands de l’Ouest, qu’il met en scène dans son livre de photos Ray’s A Laugh (1996), documentant la vie de son père alcoolique Ray, et de sa mère Liz, obèse et tatouée. Il réalise son premier court-métrage documentaire, Fishtank, en 1998. Ray & Liz (2018) est son premier long-métrage, adapté du court Ray de 2016. En 2001, ses photographies ont été exposées à la Biennale de Venise et il est nommé pour le prix Turner.

Filmographie
  • 2018 – Ray & Liz
  • 2016 – Ray (court-métrage documentaire)
  • 1999 – Playstation (court-métrage documentaire)
  • 1999 – Ray in Bed (court-métrage documentaire)
  • 1998 – Tony Smoking Backwards (court-métrage documentaire)
  • 1998 – Liz Smoking (court-métrage documentaire)
  • 1998 – Fishtank (court-métrage documentaire)