Programmation

TRAIN DE VIE

Radu Mihăileanu

France, Roumanie, Israël, Belgique, Pays-Bas, 1998 / 103 min / Version allemande / comédie, drame, histoire

Journée de la Mémoire de l’Holocauste 2020
Rufus

L’histoire invraisemblable d'un village qui organise un faux convoi de faux déportés conduit par des faux nazis afin d'échapper à la vraie déportation.

Un soir de l’année 1941, les habitants d’une communauté juive d’Europe de l’Est apprennent que les allemands massacrent ou déportent vers des destinations inconnues tous les Juifs des villages voisins. Le rabbin en conclut que leur village risque de subir le même sort. Dans la nuit-même, le Conseil des Sages du village se réunit pour trouver une solution. Après de multiples querelles, le fou du village propose d’organiser un faux train de déportation pour échapper à la rafle allemande et rejoindre la Terre promise. Aussitôt, tout le village s’engage tumultueusement dans les préparatifs. Un train est acheté et les villageois partent de nuit, déguisés en faux soldats allemands, mécaniciens et déportés. En route vers l’Union soviétique, des tensions entre faux nazis un peu trop à l’aise dans leurs nouveaux uniformes et déportés apparaissent. L’expédition se transforme alors en une véritable course d’obstacles aussi angoissante qu’hilarante.

 

La projection du film sera suivie par un débat avec un des acteurs principaux du film, Rufus, et Yves Steichen du Centre national de l’audiovisuel (CNA), ainsi qu’un représentant du Zentrum fir politesch Bildung.

Séances
mer 29/01 20:00 Kulturhuef, Grevenmacher - ALL Public

« Mihăileanu s'inscrit dans une tradition qui remonte à Lubitsch, Wilder, Chaplin […] Train de vie est une carpe farcie de dialogues et de situations qui en disent plus sur l'humour juif que n'importe quelle théorie. […] Mais tout hilarant qu'il soit, Train de vie amorce aussi un début de réflexion plus troublant, notamment par le biais du personnage joué par Rufus : le villageois Mordechai, désigné pour être le faux commandant nazi du faux convoi. L'habit ne fait pas le rabbin mais il peut faire le salaud et Mordechai prend goût à voyager dans le confortable wagon de première, s'identifie de plus en plus à son rôle de chef, laissant entrevoir la part d'ombre qui gît en chaque individu, les strates d'ambiguïté qui régissent les rapports sociaux, ainsi que le paradoxe du comédien. » Serge Kaganski, Les Inrockuptibles, 30/11/1997

Récompenses
  • David for the Best Foreign Film, David di Donatello Awards, 1999 (Italy)
  • Audience Award – Most Popular Feature, Hamptons International Film Festival, 1999 (USA)
  • European Silver Ribbon, Italian National Syndicate of Film Journalists, 1999 (Italy)
  • Audience Award, Miami Film Festival, 1999 (USA)
  • Audience Award – World Cinema, Sundance Film Festival, 1999 (USA)
  • Audience Award, Film Festival Cottbus – Festival of Eastern European Cinema, 1998 (Germany)
  • Critics Award, São Paolo International Film Festival, 1998 (Brazil)
  • Audience Award – Best Feature, São Paolo International Film Festival, 1998 (Brazil)
  • FIPRESCI Prize – Best First Work, Venice Film Festival, 1998 (Italy)
  • Anicaflash Prize, Venice Film Festival, 1998 (Italy)
Cast & Crédits
Interprètes 
Lionel Abelanski, Rufus, Clément Harari, Bruno Abraham-Kremer, Agathe de La Fontaine, Johan Leysen, Marie-José Nat, Gad Elmaleh, Serge Kribus, Rodica Sanda Ţuţuianu, Michel Muller
Scénario  
Radu Mihăileanu
Image 
Yorgos Arvanitis, Laurent Dailland
Son 
Pierre Escoffier, Eric DeVos, Dominique Dalmasso
Décors 
Christian Niculescu
Musique 
Goran Bregović
Production 
Noé Productions, Raphaël Films, Belfilms, Hungry Eye Lowland Pictures, PolyGram Audiovisuel, Sofinergie 4
Distribution 
Tiberius Film
Biographie du réalisateur

Né en 1958 en Roumanie, Radu Mihăileanu est avant tout comédien au théâtre yiddish de Bucarest et animateur d'une troupe de théâtre. En 1980, sous le régime de Ceaușescu, il parvient à gagner la France où il intègre l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) à Paris. À sa sortie, il est d’abord stagiaire monteur, puis rencontre le cinéaste Marco Ferreri, qui fera de lui son assistant sur I Love You en 1986. Radu Mihăileanu enchaîne par la suite courts-métrages et téléfilms, et est assistant de réalisateurs renommés ou co-scénariste. Après une courte expérience dans le clip vidéo, il réalise en 1993 son premier long-métrage, Trahir, qui relate les mésaventures d’un poète roumain en prise avec la Securitate. Train de vie (1998), son deuxième film, remporte le Prix FIPRESCI du meilleur espoir à Venise, ainsi que le Prix du Public de la sélection Cinéma du Monde au Festival Sundance. En 2011, son cinquième long-métrage, La source des femmes, est sélectionné en compétition au Festival de Cannes.

Filmographie
  • 2016 – L’histoire de l’amour
  • 2011 – La source des femmes
  • 2009 – Le concert
  • 2005 – Va, vis et deviens
  • 2002 – Les pygmées de Carlo
  • 1998 – Train de vie
  • 1997 – Bonjour Antoine
  • 1993 – Trahir
  • 1989 – Le mensonge d’un clochard (court-métrage)
  • 1980 – Les quatre saison (court-métrage)