Programmation

THE WALDHEIM WALTZ (WALDHEIMS WALZER)

Ruth Beckermann

Autriche, 2018 / 93 min / VO allemande avec sst. français (VO ALL avec sst. FR) / documentaire

En collaboration avec l’Institut Pierre Werner et la Représentation de la Commission européenne au Luxembourg

Pendant la campagne présidentielle autrichienne de 1986 qui l’a mené à la présidence, Kurt Waldheim, ancien Secrétaire général de l’ONU, se voit reprocher son passé nazi. Lieutenant de la Wehrmacht de 1941 à 1945, il est soupçonné d’être complice de crimes contre l’humanité et d’avoir participé à la déportation de Juifs en Grèce occupée. Armée de l’une des toutes premières caméras vidéo, Ruth Beckermann filme dans les rues de Vienne les échanges entre partisans et opposants de Waldheim qui scandent « Waldheim, nein ! », sans succès. En revenant trente ans plus tard sur ce scandale, elle lie cet épisode historique à la politique autrichienne actuelle.

Entièrement composé d’archives et de vidéos tournées par Ruth Beckermann au milieu des années 1980, The Waldheim Waltz constitue un retour très personnel sur ce que la cinéaste appelle « la dernière grande illusion des Autrichiens : croire qu’ils ont été les premières victimes des nazis ». D’une grande actualité, le film part d’un épisode de l’après-guerre en Autriche avec l’histoire des médias – de la deuxième guerre mondiale aux « faits alternatifs » dans l’âge des « post-vérités ».

La séance sera précédée d’un cocktail à 18h ouvert au public et suivie d’un débat avec Gregor Schusterschitz, Ambassadeur d’Autriche au Luxembourg.

L'Institut Pierre Werner (IPW) est un centre culturel européen. Il favorise les échanges culturels et intellectuels entre ses pays fondateurs, la France, l’Allemagne, le Luxembourg et avec les pays européens.

La Représentation de la Commission européenne au Luxembourg a pour mission de communiquer la politique de l'UE aux parties prenantes, médias et citoyens et de rendre compte des évolutions nationales à la Commission.

Séances
mer 13/03 18:30 Cinémathèque VO ALL avec sst. FR Public https://ticket.luxembourg-ticket.lu/luxfilmfest/webticket/shop?event=26736&kassi...

« Elle dessine sans management le portait d’un pays dont la majorité des habitants vit un mélange d’amnésie et de nostalgie, où l’on est convaincu que l’Autriche compte parmi les victimes du nazisme, mais où il n’est pas nécessaire d’avoir eu 20 ans en 1938, année d’annexion du pays par le IIIe Reich, pour retrouver le langage antisémite de l’époque. » Thomas Sotinel, Le Monde, 20/02/2018

« Alors que l’Autriche est désormais gouvernée par une coalition réunissant l’ÖVP et le Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite), fondé par d’anciens nazis, le documentaire trouve un écho. […] L’Autriche s’est longtemps convaincue d’être une victime du nazisme. Et, même si une partie de sa population fait montre d’appétence pour la vérité (une manifestation a encore rassemblé plusieurs milliers de personnes pour protester contre les dérives droitières du pays, le 4 octobre), celle-ci souffre toujours majoritairement d’amnésie. » Blaise Gauquelin, Le Monde, 24/10/2018

« Dans Waldheims Walzer, Ruth Beckermann revient sous la forme d’un thriller historique intense sur cette campagne électorale, qui avait tenu en haleine l’actualité mondiale en ce début d’été il y a plus de trente ans.

« Les meilleurs documentaires historiques sont ceux qui font office à la fois de capsule d’un passé soigneusement préservé et de mise en abîme avec les préoccupations présentes dominant l’esprit collectif, au rythme frénétique d’une actualité en surchauffe de manière permanente. Waldheims Walzer est indubitablement de ceux-là, grâce au choix très judicieux des documents d’archives qu’il a su déterrer et de la sincérité de son indignation face à une situation jugée intenable, au moins avec le bénéfice de la sagesse rétrospective. »

« Il s’agit […] d’un formidable documentaire coup de poing, très juste dans son propos et néanmoins parfaitement conscient des limitations auxquelles doit se heurter le combat de David contre ces dinosaures intouchables dans le rôle de Goliath.Tobias Dunschen, Critique Film, 17/02/2018

 

Récompenses
  • Glashütte Original Documentary Award, Berlin International Film Festival, 2018 (Germany)
  • Honourable Mention – Best International Film, DocAviv Festival, 2018 (Israel)
  • Audience Award, Atlàntida Film Fest, 2018 (Spain)
  • Best Documentary, Austrian Film Award, 2019 (Austria)
Cast & Crédits
Interprètes 
Kurt Waldheim, Ruth Beckermann, Josef Aichholzer, Israel Singer, Edgar Bronfman, Josef Broukal, John Bunzl, Hubertus Czernin, Michaela Englert, Hajo Funke
Scénario  
Ruth Beckermann
Son 
Manuel Grandpierre, Rudi Pototschnig
Production 
Ruth Beckermann Filmproduktion
Biographie du réalisateur

Fille de survivants de la Shoah, Ruth Beckermann est née en 1952 à Vienne. Après des études de journalisme et d'histoire de l'art à Vienne, à Tel Aviv et à New York, elle soutient sa thèse de doctorat en philosophie en 1977. Elle travaille en tant que journaliste en Autriche et cofonde la maison de distribution de films Filmladen en 1978. Pendant cette période, elle tourne ses premiers films qui traitent souvent des histoires juives de perte et d’identité. Son documentaire À l’Est de la guerre (1996) jouait un rôle central dans le démontage du mythe de la « bonne Wehrmacht ». Son documentaire The Dreamed Ones (2016) a été présenté au Luxembourg City Film Festival en 2018.

Filmographie
  • 2018 – Waldheims Walzer (documentaire)
  • 2016 – Die Geträumten (documentaire)
  • 2013 – Those Who Go Those Who Stay (documentaire )
  • 2012 – Jackson/Marker 4AM (court-métrage)
  • 2011 – American Passages (documentaire)
  • 2006 – Mozart Enigma (court-métrage)
  • 2001 – Homemad(e)
  • 1999 – Ein flüchtiger Zug nach dem Orient (documentaire)
  • 1996 – Jenseits des Krieges (documentaire)
  • 1991 – Nach Jerusalem (documentaire)
  • 1987 – Die papierene Brücke (documentaire)
  • 1986 – Der Igel (court-métrage)
  • 1983 – Wien Retour (documentaire)
  • 1978 – Auf amol a Streik (documentaire)
  • 1977 – Arena besetzt (documentaire)