Programmation

L’homme qui a vendu sa peau (The Man Who Sold His Skin)

Kaouther Ben Hania

Tunisie, France, Allemagne, Belgique, Suède, Turquie , 2020 / 104 min / VO arabe, anglaise et française avec sst. français et néerlandais / Drame

LuxFilmLab – 5 mai 2021

Un jeune réfugié syrien accepte de se faire tatouer par un artiste controversé et devenir une œuvre d’art pour pouvoir se rendre en Europe.

Sam Ali, jeune Syrien sensible et impulsif, fuit son pays pour le Liban afin d’échapper à la guerre. Pour se rendre en Europe et vivre avec l’amour de sa vie, il accepte de se faire tatouer le dos par l’un des artistes contemporains les plus connus et controversés au monde. Son corps devenu une œuvre d'art prestigieuse, Sam se rend compte que sa décision s’est faite au prix de sa liberté.

« L’Homme qui a vendu sa peau interroge les libertés individuelles dans un système inégalitaire et, plus largement, les problèmes géopolitiques actuels. » Festival international du film indépendant de Bordeaux

Séances
mer 05/05 19:30 Ciné Utopia VO arabe, ANG & FR avec sst. FR & NL Public https://kinepolis.lu/fr/films/lux-film-lab-man-who-sold-his-skin

« Kaouther Ben Hania tisse un récit audacieux, passionnant et édifiant sur la liberté, en entrechoquant le sujet des réfugiés et le monde de l’art contemporain […] Très bien interprété, L'Homme qui a vendu sa peau exploite parfaitement les ellipses pour développer son intrigue et se déploie dans un style visuel jouant fortement sur les contrastes, dans une atmosphère singulière créée par le directeur de la photographie Christopher Aoun. Un emballage presque étrange qui reflète néanmoins avec justesse les troublants et cruels paradoxes d’un système où "tout a un prix", y compris l’humain, et où se nouent les enjeux du combat pour la liberté. » Fabien Lemercier, Cineuropa, 05/09/2020

« [E]n lice aux Oscars décernés le 25 avril, [le film] est avant tout une plongée dans le monde de l'art contemporain en Europe. La réalisatrice en reprend les codes dans ses images aux couleurs et lumières léchées, à la photographie travaillée, tout en soulignant sa cruelle absurdité et celle de tout un système qui laisse voyager les objets plus facilement que les hommes. Ni vraiment drame, ni vraiment comédie, le film alterne entre un ton grinçant et tendre, jamais désespéré, mais jamais complètement optimiste. » La Croix, 31/03/2021

Récompenses
  • Venice Horizons Award – Best Actor for Yahya Mahayni, Venice Film Festival, 2020 (Italy)
  • Best Screenplay, Stockholm Film Festival, 2020 (Sweden)
  • Best Arab Film, El Gouna Film Festival, 2020 (Egypt)
  • Edipo Re Award, Venice Film Festival, 2020 (Italy)
Cast & Crédits
Interprètes 
Yahya Mahayni, Dea Liane, Koen De Bouw, Monica Bellucci, Saad Lostan, Darina Al Joundi, Jan Dahdouh, Christian Vadim, Marc De Panda, Najoua Zouhair
Scénario  
Kaouther Ben Hania
Image 
Christopher Aoun
Son 
Anders Billing Vive
Décors 
Sophie Abdelkef
Musique 
Amine Bouhafa
Production 
Tanit Films, Cinétéléfilms, Twenty Twenty Vision Filmproduktion, Kwassa Films, Laika Film & Television
Coproduction 
Metafora Media Production, Sunnyland Film, Film i Väst, Istiqlal Films
Distribution 
Cinéart
Biographie du réalisateur

Kaouther Ben Hania fait ses études en cinéma à Tunis et à Paris, à la Fémis et la Sorbonne. Elle réalise plusieurs court-métrages dont Peau de Colle (2013), qui est sélectionné dans plusieurs festivals internationaux, y remportant plusieurs prix. Son documentaire Les imams vont à l’école est dévoilé au Festival international du film documentaire d’Amsterdam en 2010. Le Challat de Tunis, son premier long-métrage de fiction, ouvre la section ACID du Festival de Cannes en 2014. Elle signe ensuite Zaineb n’aime pas la neige qui est révélé en 2016 en sélection officielle au Festival International de Locarno. Il remporte par la suite le Tanit d’Or aux Journées Cinématographiques de Carthage et le prix du meilleur documentaire au festival CINEMED à Montpellier. Son prochain film La Belle et la Meute est sélectionné au Festival de Cannes en 2017 dans la catégorie « Un certain regard ». L’homme qui a vendu sa peau, son troisième long-métrage de fiction, a sa première mondiale à la Mostra internationale de cinéma de Venise en 2020 et est nominé pour l’Oscar du meilleur film international en 2021.

Filmographie
  • 2020 – The Man Who Sold His Skin
  • 2018 – Les pastèques du Cheikh (court-métrage)
  • 2017 – La belle et la meute
  • 2016 – Zaineb n’aime pas la neige (documentaire)
  • 2013 – Le Challat de Tunis
  • 2013 – Peau de colle (court-métrage)
  • 2010 – Les imams vont à l’école (documentaire)
  • 2006 – Moi, ma sœur et la chose (court-métrage)
  • 2005 – Brèche (court-métrage)