Programmation

À peine j'ouvre les yeux

Leyla Bouzid

France, Tunisie, Belgique, Emirats Arabes Unis, 2015 / 102 min / VO tunisienne et arabe avec sst français et allemands / Drame social

Révolte des jeunes dans un pays en révolution.

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution. Farah, 18 ans, vit seule avec sa mère et vient de finir son bac avec mention. Sa famille l’imagine déjà médecin mais elle a d‘autres projets. Elle est musicienne dans un groupe de rock engagé et chante des paroles qui dressent un portrait peu flatteur des dirigeants du pays. Elle s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté de sa mère qui ne connaît que trop bien la Tunisie et ses interdits.

« À peine j’ouvre les yeux » est un film d’une vivacité incroyable qui combine ardeur politique et qualités musicales — les scènes de concert du groupe sont électrisantes. À travers le portrait de cette insoumise, ce teen-movie d'émancipation exprime la soif de liberté de toute une génération. 

Sélection - Jury Jeune 

Séances
jeu 02/03 09:15 Ciné Utopia VO avec sst. FR Scolaire http://www.luxfilmfest.lu/fr/inscriptions-filmsateliers
ven 03/03 09:00 Ciné Utopia VO avec sst. ALL Scolaire http://www.luxfilmfest.lu/fr/inscriptions-filmsateliers

« A travers l'histoire de Farah – interprétée avec une énergie convaincante par Baya Medhaffar dont c'est le premier rôle – et de sa mère, incarnée par la chanteuse tunisienne Ghalia Benali, Leyla Bouzid décrit une jeunesse révoltée, qui se heurte à la censure. (…) Emportée par la musique – composée par l'Irakien Khyam Allami sur des chansons écrites spécialement – l'œuvre bouillonne d'une vitalité communicative.» Pierre Vavasseur, Le Parisien, 18/12/2016

« Gracieux coup de poing que ce premier long métrage qui combine ardeur politique et qualités musicales — les scènes de concert du groupe sont électrisantes. À travers le portrait de cette insoumise, ce teen-movie d'émancipation exprime, aussi, la soif de liberté de toute une génération. Pour son premier rôle à l'écran, Baya Medhaffar a la beauté d'une Sophie Marceau de « Boum orientale » et la rage, sur scène, d'une Joan Jett.  » Guillemette Odicino, Telerama.fr, 22/10/2016

« Tous les amateurs de cinéma arabe, et particulièrement maghrébin, en connaissent par cœur le motif: éprouver la liberté et aussi bien l’aliénation d’une société à l’aune du statut réel accordé à la femme. Mais, quitte à remettre le motif sur le métier, elle parvient à composer un des ouvrages les plus pertinents en la matière." Jacques Mandelbaum, Le Monde, 22/12/2015

+3
+15
Récompenses
  • FIPRESCI Prize – Carthage Film Festival, 2015 (Tunisia)
  • Muhr Award for Best Fiction Feature – Dubai International Film Festival, 2015 (UAE)
  • Label Europe Cinemas for Best European Film – Venice Days at the Venice International Film Festival, 2015 (Italy)
  • Audience Award – Venice International Film Festival, 2015 (Italy)
  • Bayard d’Or for the First Work Emile Cantillon Award – Festival International du Film Francophone de Namur, 2015 (Belgium)
  • Best Film – International Film Festival Saint-Jean-de-Luz, 2015 (France)
  • Audience Award for the Best Feature Film – International Film Festival Saint-Jean-de-Luz, 2015 (France)
  • Best Female Actor Baya Medhaffer – International Film Festival Saint-Jean-de-Luz, 2015 (France)
  • EEFF’s Best Film Award – East End Film Festival, 2016 (UK)
  • LUX Prize – European Parliament, 2016 (EU)
Cast & Crédits
Interprètes 
Baya Medhaffer, Ghalia Benali, Montassar Ayari, Lassaad Jamoussi, Aymen Omrani, Deena Abdelwahed, Youssef Soltana, Marwen Soltana
Scénario  
Leyla Bouzid, Marie-Sophie Chambon
Image 
Sébastien Goepfert
Son 
Ludovic Van Pachterbeke
Décors 
Raouf Hélioui
Musique 
Khyam Allami,Thomas Grimm-Landsberg
Production 
Blue Monday Productions, Propaganda Production
Coproduction 
Hélicotronc
Distribution 
Mooov / Trigon-Film
Biographie du réalisateur

Leyla Bouzid est la fille du réalisateur Nouri Bouzid. Née en 1984, elle vit entre Paris et Tunis. Après le bac, elle part à Paris pour étudier la littérature à la Sorbonne. Après de nombreux stages et la réalisation d'un premier court-métrage « Sbah el Khir », elle intègre la Fémis (Paris) en section Réalisation. « Soubresauts » (Mkhobbi fi kobba), son film de fin d'études, gagne le Grand Prix du Jury des films d'écoles à Premiers Plans en 2012. « Zakaria » (2013) est son premier court-métrage;  « A peine j’ouvre les yeux » est son premier long métrage.

Filmographie
  • 2015 - À peine j'ouvre les yeux
  • 2013 - Zakaria (court-métrage)
  • 2013 - Gamine (court-métrage)
  • 2012 - Mkhobbi fi Kobba (court-métrage)
  • 2010 - Un ange passe (court-métrage)
  • 2006 - Sbah el khir (court-métrage)