Invités

COSTA-GAVRAS

Konstantinos Gavras, connu sous le nom de Costa-Gavras, est un réalisateur, scénariste et producteur franco-grec. Né en 1933 en Arcadie en Grèce, il déménage à Athènes après la Seconde Konstantinos Gavras, connu sous le nom de Costa-Gavras, est un réalisateur, scénariste et producteur franco-grec. Né en 1933 en Arcadie en Grèce, il déménage à Athènes après la Seconde Guerre Mondiale. Son père était membre de la résistance grecque pendant la guerre.  En raison des positions politiques communistes de ce dernier, il lui est défendu d’étudier en Grèce. Costa-Gavras part pour la France en 1951 et arrive à Paris en 1955 pour suivre des études de lettres à la Sorbonne. Spectateur assidu de la Cinémathèque, il intègre l’IDHEC en 1956 et découvre les plateaux de tournage en tant qu’assistant des plus grands : René Clair, René Clément, Jacques Demy, Henri Verneuil, Jean Becker, Jean Giono. Il passe à la réalisation avec un premier film coup de poing, Compartiments tueurs (1965) et enchaîne les succès internationaux avec Z (1969 – Prix du Jury à Cannes, Oscar du meilleur film étranger), L’Aveu (1970), Section spéciale (1975 – Prix de la mise en scène à Cannes), Missing (1982 – Palme d’Or à Cannes et Oscar du meilleur scénario adapté), Music Box (1989 – Ours d’or à la Berlinale), ou encore Amen (2002 – César du meilleur scénario) – un total de 20 longs-métrages qui ont autant changé le cinéma que notre manière de voir le monde. Son dernier film, Adults in the Room (2019) est l’adaptation du livre éponyme de l’ancien ministre des finances grec, Yanis Varoufakis. En 1982, il est nommé président de la Cinémathèque Française, un poste qu’il occupe jusqu’en 1987 et une deuxième fois à partir de 2007.

Infatigable défenseur des droits de l'homme et pourfendeur des injustices, Costa-Gavras est notamment réputé pour avoir fait du septième art un formidable outil de compréhension des questions politiques. Son travail est caractérisé par des réflexions sur le pouvoir, le droit et la justice, l'oppression, la violence et la torture. Dans la plupart des cas, les cibles de ses films ont été les mouvements et régimes de centre droit, y compris les conservateurs grecs dans et hors de l'armée dans Z, et, dans État de siège (1972) et Missing, les dictatures de droite de l'Amérique latine. Pour l’ensemble de sa carrière, il reçoit entre autres la Médaille d’or du mérite des beaux-arts de l’Espagne en 1985, le Magritte d’honneur en 2013, ainsi que le Prix Jaeger-Le Coultre Glory to the Filmmaker lors du 76e Festival de Venise en 2019. Il est officier de l’ordre national du Mérite français et, depuis juillet 2019, commandeur de la Légion d’Honneur.

Actualités du festival

LOST WEEKEND - Appel à candidatures

Pour la 12e édition du Luxembourg City Film Festrival, l'association Filmreakter, en partenariat avec le LuxFilmFest et avec le soutien de l’Œuvre National de Secours Grande-Duchesse Charlotte, revient vous présenter... → More

LUXFILMLAB - Théo et les Métamorphoses

Le LuxFilmLab est heureux d'avoir le privilège de vous proposer, le mercredi 9 février à 19h30 en présence du réalisateur (au Ciné Utopia), Théo et les Métamorphoses de Damien Odoul... → More

Collaborations Artistiques 2022

Nous sommes impatients de vous accueillir à notre 12ème édition du Luxembourg City Film Festival du 3 au 13 mars 2022 ! Cette année, notre festival se déroulera entièrement en... → More